Le Cheetah pour des vols à la chaine

SÉANCE DE VOL DU 07/01/2013

Salut les amis !

Nouveau flash back d’une séance de vol en début d’année.

Ce soir en rentrant du boulot avec mon hotliner de 1m75 dans le coffre, j’ai fait un petit arrêt au terrain pour deux petits vols de 10 minutes avec des prises de badin d’enfer et des passages pistes à hauteur des yeux.

Pour multiplier ces moments de détente, j’ai trouvé une nouvelle organisation :

– Phase 1 : le planeur, la mallette contenant radio, les lipos et outils dans le coffre, un sac discret avec chargeur,
– Phase 2 : j’arrive au boulot, je mets dans le sac du chargeur mes lipos vides pour les mettre en charge au bureau,
– Phase 3 : je quitte le bureau à 16h00 avec mon sac contenant chargeur et lipos chargées,
– Phase 4 : arrivant sur la départementale à hauteur du terrain, je jette un œil pour voir s’il y a des voitures,
– Phase 5 : je tourne sur la route du terrain s’il y a quelqu’un et j’y monte mon avion pour voler jusqu’à ce que la luminosité ne le permette plus,
– Phase 6 : Je démonte et range dans le coffre en ayant pris soin de sortir les lipos vidées pour les mettre avec le testeur dans le sac du chargeur,
– Phase 7 : de retour à la maison, je prends le sac et je mets en charge tout ce que j’ai de batteries vides. Que ce soit les 3S pour le Cheetah ou les 2S pour le Blizzard selon la météo venteuse (pour le Cheetah) , très venteuse (pour le Blizzard), ou vent nul (pour le Kadet),
– Phase 8 : le lendemain matin, je récupère mon sac avec ses lipos pleines et le chargeur pour aller au bureau et charger celles qui n’en ont pas eu le temps la veille , et ainsi de suite….

Cet été en vacances c’était encore pire puisque les 4 lipos 2200 2S de mon Easy-Glider subissaient jusqu’à 4 charges par jour sur 3 chargeurs.
Autant dire qu’elles tirent la langue et que je vais devoir fréquemment les renouveler. Peut-être que les « A-spec » suivront mes nanotech si elles se révèlent plus endurantes.

Et comme c’est en forgeant que l’on devient bon pilote…

Quand je suis arrivé au club avec mes crashs on m’a dit : « y a pas de secret, si tu veux savoir piloter, il faut en bouffer »…alors j’en bouffe tant que je peux et croyez-moi, c’est complètement vrai !

Sans compter que de passer à des machines de plus en plus difficiles à piloter en ne pilotant la suivante qu’une fois totalement maîtrisée la première permet d’assimiler les étapes pas à pas pour mieux les intégrer.

Pour les débutants, c’est un conseil qui porte ses fruits…

Bons vols à tous et profitez des derniers jours de belle météo avant le vrai hiver de février !!!

Publicités
Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s