Vol du Passer X et du Cougar light,


Seance de vol du 08/09/2013

Ce dimanche matin, aucun vent et soleil radieux.
C’est le temps idéal pour tester les nouveaux réglages du Passer X.
En route donc pour le terrain dès 9h30. Les températures ne sont déjà plus celles de l’été mais le cœur est chaud et je suis impatient de rejoindre un ciel parfaitement bleu.
Arrivé sur la parking, je vois que seul Edmond s’affaire autour de son avion. J’aime beaucoup Edmond, c’est un ancien militaire qui a toujours de bons mots à placer pour commenter une situation critique. Et il n’est pas en reste s’il s’agit de se moquer de lui-même. Il m’accueille plein sourire avec une chaleureuse poignée de main. On échange un peu sur la création du blog pendant que je monte le Passer X. Au moment de lancer, arrive Jacques, le président du club qui est aussi un fin maquettiste, qui participe aux championnats de France. Je lui demande de prendre quelques photos de vol avec mon appareil. Mon gentil lanceur attend mon signal pour lâcher le fuselage. Les gaz sont sur un inter à trois positions. Je pars à mi-puissance, le planeur prend un peu de vitesse pour ne pas décrocher puis, une fois son élan pris, je lance plein moteur pour une montée à 45° bien qu’en 2S.
Arrivé à 150 m, je mets à plat et je coupe le moteur pour enfin planer. Pour remédier aux trop faibles débattements de la dérive, j’ai changé la prise des chapes sur les guignols mais ce n’est pas suffisant et la réponse, même en tangage, est imprécise au point de trop facilement m’amener en limite de décrochage. En lisse, le planeur n’est pas sain et je dois le rattraper tout le temps.
Tant pis, je me régale quand même de voir ce planeur de 600 gr tenir aussi bien en l’air. Il ne descend pas, Edmond m’indique une pompe au dessus de nos têtes. J’y monte quelques temps mais les mauvaises réponses du papillon rendent la spirale inégale malgré mes efforts pour fluidifier la trajectoire. Après une bonne vingtaine de minutes et deux ou trois montées, je pose pour tester la batterie.
J’engage deux tours de spirale pour descendre. Un angle d’inclinaison prononcé accentue la perte d’altitude, je pique même pendant le virage pour y prendre de la vitesse. Une fois en face, je remets progressivement les ailes à plat pour l’approche finale et poser en douceur à vingt mètres devant. C’est pas vraiment aux pieds…à moins d’avoir des chaussures de clown américain…
Test de la lipo à 75%. C’est tout bon, on y retourne.
Après trois vols sur 40% de ma lipo 1800, est arrivé Pierre qui s’initie au quadricoptère. Comme c’est un pilote dont j’apprécie la compagnie, je l’aide dans ses tests de trims. Le décollage est le moment le plus difficile. L’air commençait à souffler un peu et l’engin ,sensible, est facilement déporté.
L’heure avance et il vaut mieux rentrer pour mettre la table avec un grand sourire.
Arrivé à la maison, je regarde les photos…après avoir posé les assiettes et le reste rapidement. Les plans sont parfaits mais la piètre qualité de l’appareil photo rend le planeur trop peu visible.

Le temps est superbe, les cumulus s’agglomèrent sous un vent léger et j’entends le ciel me murmurer à l’oreille : « viens Michaël, viens voler sur le terrain, prends tes planeurs, ils seront bien avec moi… ». Mais je ne suis pas un garçon facile et on ne me la fait pas. C’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire le Tarzan !
La preuve en est que j’ai appelé mon beau-père, qui est un photographe expert, pour une séance de shooting du Passer X et du Cougar.
Rendez-vous prit sur le terrain pour 14h, je me suis avancé pour y monter les deux mannequins d’un après-midi. Ma femme et mon fils cadet nous rejoignent pour eux aussi tenter des prises de vue en rafale.
S’en est suivi une séance de prises de badin, passages bas, virages très inclinés devant les yeux, triple boucle inversée en tonneaux frisés à renversement de décrochage avec vrille sur le dos, suivit d’un quadruple loops à salto arrière engageant un poirier en chandelle…de la mort qui pue.
Bon ok, tout n’était pas exactement comme ça mais c’est un choix… si, si ?
En résumé, tant le Passer X que le cougar ont eu droit à leur bonne heure de gloire malgré le vent qui avait forci.
Tout est revenu entier au stockage et je suis ravi de cette séance de vol qui, pour faire bonne impression devant beau papa, m’a fait forcer un peu les limites de ma prise de risque habituelle. En d’autres mots, j’ai fait le kakou histoire de pas trop passer pour un gros mytho pipo quand je raconte mes vols en repas de famille…

Voilà pour ce dimanche de vol. Pour le prochain shooting, j’aimerais mettre l’Excel sous les sunlights…

Rendez-vous à la prochaine séance de vol, bientôt j’espère !

Mika.

DPP0174

Publicités
Image | Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Vol du Passer X et du Cougar light,

  1. chriszesting dit :

    Salut,

    Le comportement de ton planeur me laisse septique concernant son centrage. As-tu fait un test du piqué ???

    à +, Chris

    • Salut,

      Le test du piqué a été positif mais j’ai un réel problème de débattements différents entre les deux papillons. L’un des deux servos à une course plus importante que l’autre et la programmation n’y remédie pas. J’ai un souci avec les tringles que j’ai dû modifier aussi…pas terrible tout ça… 😉

  2. mathieu dit :

    salut mika, peut etre que lon se croisera un jour au terrain, tu aurais du rester dimanche, moi j ai volé en fin de matinee et on peut dire qu il y avait des bulles partout, tu me reconnaîtra, je suis presque tout le temps avec mon f3k
    beau récit je trouve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s