Le Panda, y a du sport !

Séance de vol du 13/10/2013https://mikaeromodelisme.wordpress.com/wp-admin/index.php

Séance de vol du 13/10/2013

Salut les gars !

Ce dimanche matin, ciel bleu pastel comme mes yeux…marrons mais tirant sur le bleu…un peu quoi.
Zéro vent et un air doux…comme ma peau de bébé…OK, j’arrête.
Comme j’avais à faire le flytest du petit Panda sport, dernier planeur né de chez MULTIPLEX, j’ai sauté sur l’occasion.
Le Panda sport est un deux axes dérive/profondeur qui commandent respectivement le lacet et le tangage, une envergure de 1m16 et un moteur pour la mise en altitude.
Le kit seul coûte une cinquantaine d’euros mais il existe une version RR, prête à voler, pour trois fois plus cher. Autant dire que le planeur, si plaisant qu’il soit, ne vaut pas un tel surcoût.
Je m’en suis sorti pour une vingtaine d’euros d’équipements, dont la plupart neufs.
Arrivé sur le terrain, je repère la voiture d’Edmond qui fait voler son Elipsoid. Il vient de poser suite à un problème de calage du stab qui le force à cabrer en permanence.
Je monte le Panda en deux temps trois mouvements. Les ailes se fixent l’une dans l’autre grâce au nouveau système « M-space » inauguré sur le Solius. Le stab pendulaire est encore plus rapide à mettre en place. J’allume la DX7s que je réserve à mes petits modèles peu couteux, je branche la lipo 2S 950 mah et je test les commandes.P1050811
Pendant ce temps, Didier est arrivé. Didier, je vous en ai déjà parlé dans un rapport de vol du Blizzard où j’avais spiralé avec un nuage de cigognes. Un copain génial, toujours souriant et d’une gentillesse à toute épreuve. J’en profite alors pour lui demander de me lancer les petits 350 grammes de mousse. Je le préviens que, selon moi, la traction pourrait bien être limite et qu’il faudrait lancer avec vigueur pour éviter de planter le petit nouveau.
Face à un petit vent d’une dizaine de km/h, gaz à fond, mon copain fait quelques pas et lance le Panda qui, contre toute attente, prend une pente ascendante de 45°. J’ai installé un petit moteur de 1050 kv pour tourner l’hélice en 9×7 fournie dans le kit.
Contrairement à mes habitudes de pilotage planeur, j’ai laissé les gaz commandés par le manche et non sur un inter. Je voulais pouvoir moduler la propulsion pour explorer un peu la capacité du Panda à voler en mode « avion ». Une fois touchée l’altitude de vol, je pose le planeur à plat et coupe le moteur. Le moustique répond très bien aux ordres mais je sens tout de suite la différence avec un trois axes. La dérive peine à rendre mordant l’effet induit de roulis (il faut savoir qu’en deux axes, c’est le dièdre important qui permet au planeur de basculer sur l’axe de roulis et donner l’impression que le planeur dispose d’ailerons. En effet, la dérive fait tourner l’axe de lacet  pour mettre le planeur de travers de façon à présenter l’aile relevée par le dièdre face au vent relatif qui va soulever cette dernière pour faire basculer le roulis).  En revanche le stabilisateur pendulaire de surface généreuse contrôle tout le tangage même si les débattements sont minimums. Une légère action continue sur la dérive permet spiraler à altitude constante sans aucune action sur la profondeur. Tout de suite mis en confiance, je me lance dans un essai de voltige. Et pourtant, c’est loin d’être ma discipline d’excellence. Prise de badin, looping, vol dos et remise à plat en tonneau !P1050810
A ce moment là, je ne comprends même pas comment un deux axe peut faire un tonneau et encore moins comment j’ai réussi à enchaîner cette voltige habituellement inaccessible pour moi. Mais comme il y a du monde derrière moi qui regarde, je fais comme si c’était habituel même si je ne trompe plus personne depuis bien longtemps, c’est vrai. Mais ça me fait plaisir de croire que je peux encore impressionner quelqu’un. Et alors, y a pas de mal à se faire du bien, non ?
Pour une séance de photos en vol, je multiplie les prises de badin avec des passages bas en virage devant les yeux. Le petit nouveau siffle timidement, ses ailes relativement épaisses traînent trop pour prendre une vitesse d’enfer. C’est d’ailleurs grâce à l’épaisseur des ailes que je vais pouvoir y loger les servos qui commanderont des ailerons additionnels. Ceux-ci feront du Panda un vrai petit planeur trois axes qui saura exploiter les contraintes de la voltige et la fluidité d’un pilotage sur toutes les commandes. Je vous présenterai le détail de cette modification dans la rubrique « trucs et astuces » le moment venu.
Pour la suite des vols, j’ai pu tester les qualités en thermique de la petite mousse grâce à la présence d’ascendances diffuses. Là, le poids plume ne descend plus et navigue en douceur sans exiger de technique particulière. Le vol moteur peut aussi dynamiser les mouvements et faciliter la voltige simple avec des loopings, renversements, vols dos instables à cause du dièdre prononcé et même vrille en décrochage, difficile à engager tant l’appareil est auto-stable.
Après une petite dizaine de montées et de tests divers, je décide de poser. Mais Didier, qui pilote son VGM et tourne autour du mini planeur, annonce qu’il va poser. M…, je redonne du moteur pour lui laisser le champ libre alors que j’engageais déjà mon approche en traversant l’axe de la piste.
Mais, je n’ai pas vu le temps passer et ma batterie montre de flagrants signes de faiblesse.
Le moteur du gros avion se rapproche, le planeur arrive à la perpendiculaire de la piste avec le vent dans le dos. Il approche trop près de la piste, il risque de percuter le gros cube que je sens presque posé. je voulais faire un demi-tour très serré pour poser court face au vent en m’aidant d’un filet de gaz mais plus rien. Le vent dans le dos, en virage incliné à 1m50 du sol, il décroche et touche un saumon qui le balance sur le nez.
Didier se pose sans avoir remarqué le sacrifice que je venais de faire. Et comme les vrais héros ne se vantent pas (ceux qui crashent leur modèle non plus vous me direz mais c’est carrément moins flatteur), je n’ai rien dis et je suis allé récupérer mon petit Panda sans trop d’inquiétude vu la « relative » douceur de l’impact. Aucune casse, c’est du costaud. Pas de plastique cassé ni de mousse écrasée. La chance m’a sourit et c’est tant mieux. Je débranche tout et ramène l’accidenté sur la table pour être démonté. Testée, la petite lipo est totalement vide, plus de moteur, plus de commandes. Bienfait pour moi mais je m’en sors plutôt bien.

En bilan, je trouve ce petit Panda sport extra pour un vol loisir, il est divertissant, ses commandes deux axes le rendent facile et sécurisant pour qui veut s’essayer à l’aéromodélisme avec un budget mini. Il permettra de comprendre les inversions, de planer pour la détente et apprendre les subtilités de la recherche de thermiques même à basse altitude, de voler au moteur pour parfaire ses réflexes et même de voltiger pour se défouler en musclant son vol.
Je vais cependant lui ajouter des ailerons pour le rendre maniable « comme un grand ».

Voilà, je vous ai servi le flytest d’une petite mousse à consommer sans modération.
(Je l’ai cherché un moment celle-là alors merci de sourire).

Tchin !

Mika.

DPP_4079

Publicités
Image | Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le Panda, y a du sport !

  1. Eric dit :

    J’ai constaté le jeudi 17 octobre sur le terrain du M.A.C.H. qu’il vole très bien ce petit Panda..

  2. manta74400 dit :

    Bonjour,
    Pouvez vous me dire quelle configuration avez vous installée?
    Merci

  3. Mr Kanarwc dit :

    Bonjour,

    j’ai découvert votre blog, très plaisant à lire, par le biais d’un post concernant le Panda sport sur Modélisme.com
    J’hésite moi-même à l’acheter depuis que je l’ai repéré. Il correspond assez à mon cahier des charges qui comme vous doit tenir compte de la cohabitation avec Madame 😉
    Donc niveau encombrement, coût et mise en oeuvre il est parfait, notamment en vacances.
    Par contre j’hésite par rapport à sa petite taille qui me semble plus être fait pour voler surtout près de soit.
    Niveau pilotage il me convient aussi car je suis débutant dégrossit en 2 axes sur un genre de polyclub (le wizz) et Easystar.
    Voulant évoluer vers un modèle me permettant de progresser, éventuellement en 3 axes, j’hésite maintenant avec plusieurs planeurs, que vous semblez posséder pour certains si j’ai bien suivis.

    Donc, en beaucoup plus grand j’ai un faible pour la famille Radian en 2 ou 3 axes pour le pro.
    Ce dernier me plait beaucoup mais n’est-il pas un complexe pour débuter en 3 axes avec toutes ces fonctions ?
    Autre point important chez moi les champs ne sont pas très grand et comme nos petites pentes assez boisés. Il y a quasi toujours un peu de vent et J’ai pu lire que le Radian pro est assez sensible au vent. Qu’en est-il du panda vu sa petite taille avec un peu de vent.
    Lequels de ces 2 planeurs utilisez vous le plus ?
    Sinon, il y a aussi le Relax II dans la même gamme, moins connu mais apparement bien conçu pour du vol loisir et assez grateur aussi.

    voilà, beaucoup de questions, par avance merci

    Kanarwc.

    • Bonjour « Kanarwc »,

      Je te remercie d’avoir porté attention à ce blog que j’ai voulu vivant en faisant retrouver au lecteur les sensations que l’on peut éprouver aux manches de notre radio.
      Concernant le Panda, je pense que c’est un petit planeur idéal pour partir de zéro mais il demeure limité pour aborder une réelle progression en 3 axes.
      Pour cela le Radian pro est parfait et le fait qu’il dispose de volets ne compliquera pas l’apprentissage dans la mesure où tu ne les exploites pas au début de ton apprentissage avec ce planeur. J’en ai d’ailleurs encore un qui traîne dans l’atelier.
      A mon sens et après avoir testé plusieurs planeurs en tant que débutant, le choix le plus pertinent reste l’Easy-Glider que tu peux trouver en PNP à 150 euros. Mais il sera toujours plus encombrant qu’un Panda. Ce n’est plus la même catégorie.
      Nous pouvons discuter plus longuement si tu me donnes une adresse mail.
      Ce sera avec un grand plaisir que je te renseignerai plus en détail.
      Bien à toi,

      Mika.

  4. Benoît dit :

    Merci à toi pour ces conseils avisés et ta rapidité de réponse !

    J’avais lu en effet que l’easy glider était plus évolutif mais comme je ne vise pas vraiment la voltige et préfère les autres au niveau apparence je l’avais volontairement écarté. De plus on trouve maintenant des offres pour le Radian pro pnp à 129 euros, voir même sans frais de ports sur un site. (95 euros pour le Radian 2 axes) c’est quand même assez tentant 😉

    As-tu eu des retours d’expérience du relax 2 de Hype ? j’ai du mal à avoir des infos sur lui car il semble encore méconnu.

    Pour l’histoire du vent, le panda et le radian y sont-ils vraiment très sensibles comme je l’ai lu pour le radian ?

    ci joint mon mail : kanar@9online.fr

    Encore merci à toi de partager ton expérience.

    Kanar.

  5. Johnc639 dit :

    Some really quality content on this website , saved to fav. eeeaedcfcbea

  6. Ping : Anonyme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s