Le baptême de la Scoot’bee…

Séance de vol du 26/12/2013

Salut les copains !

En cette fin d’année 2013, la météo s’est adoucie sur Montpellier et de belles fenêtres de vol se sont présentées pour mon plus grand plaisir et celui de mes complices, notamment en pente avec nos « modèles de crash ».

Je vais vous raconter un peu de quelle façon j’ai compris que l’aéromodélisme pouvait être un sport complet qui allait m’épuiser pendant une semaine entière.

Pour commencer, depuis mon dernier rapport de vol, après lequel j’ai pris la décision d’acquérir une aile volante pour participer aux séances de vols de combat à part entière, j’ai monté mon modèle, je l’ai décoré pour le rendre visible et blindé au scotch armé pour encaisser les attaques de tous ces vilains mais aussi les atterrissages plus ou moins volontaires au fond de la falaise, sur les pierres de garrigues, dans les arbres et même sur les copains. Mais ça je vous le raconterai la prochaine fois.Pente (7)

Donc, flytest de la Scoot’bee de 1m50 d’envergure pour quelques 1kg200 avec Théo. La déco est, en toute modestie, superbe et vu le temps passé à la faire avec l’aide de ma douce (et patiente) moitié, je n’ai pas trop envie de lui ramener l’engin en lambeaux.
Nous sommes arrivés en avance et le vent annoncé à 60 km/h par la météo n’est apparemment pas encore au rendez-vous. Mesuré à l’anémomètre, c’est un petit 20 km/h qui nous attend sur les bords de la falaise de l’Oppidum.
Théo s’approche du bord pour lancer l’aile dans le vent. Il me lance un regard, je lui confirme que je suis prêt et il jette l’engin dans le souffle irrégulier. Le mouvement est plutôt lourd et l’inertie de l’aile donne l’impression de conduire un camion. Sans doute un problème de centrage à reculer et de surpoids. Je réalise alors que je dois sûrement me déplacer de la même façon ;-). Le contrôle est encore plus coulé et les réflexes n’ont pas besoin d’être aiguisés pour faire évoluer ce balourd.
Les premiers copains arrivent et je reste concentré pour garder haute mon aile mais la dynamique s’essouffle et il devient plus difficile de garder de l’altitude. Comme je suis malin comme un singe, je pense trouver un air plus porteur au milieu du trou. Ben en fait, c’est le singe qui est plus malin que moi et je me rends vite compte que la descente s’accentue et que le modèle tout juste baptisé chute lentement. J’ai beau tirer la langue et hausser les sourcils (et ouais, je fais ça quand je m’applique à rectifier une situation critique. C’est vrai que c’est plutôt moche mais tant que je ne me vois pas), les choses ne s’arrangent pas…
Bref, malgré mes grimaces, je ne peux que regarder mon aile descendre, la larme à l’œil (je parle de moi là, pas de mon aile bien sûr).
Mais elle est à plus de 100 m et à cette distance il est plutôt difficile d’estimer la profondeur et de distinguer clairement la perspective du paysage.
Dans un dernier espoir, je fais revenir la Scoot’bee vers le bord de la falaise pour limiter les recherches à une zone de proximité mais elle disparaît derrière une haie de peupliers qui borde la rivière en contre-bas. Voilà, c’est fait j’ai baptisé le premier vol de pente de mon aile par une chute au trou.
Théo, qui est bien plus agile que moi, se précipite sur le flanc de la falaise dans une descente de Dahu. Je reste d’abord au sommet quand je le vois filer à grandes enjambées d’un bout à l’autre de la rivière. J’actionne les gouvernes en espérant que le bruit des servos pourrait le guider mais rien…
Quand je le vois s’engouffrer au delà de la rivière, je me décide à descendre. Pas facile avec le pupitre de la radio autour du cou de parcourir cette pente abrupte parsemée de petits chênes et autres plantes de garrigue qui agrippent le blouson. Arrivé à hauteur de Théo, il a déjà traversé la rivière et il entend bien les gouvernes bouger. C’est à ce moment qu’il me racontera plus tard être tombé nez à nez avec un sanglier. Si avec ça le modélisme n’est pas un sport dangereux…
Il retrouve enfin l’aile qui n’est même pas abîmée. Nous remontons la paroi, lui comme un cabri et moi avec la radio au cou et l’aile sur l’épaule, loin derrière. Inutile de préciser que je suis arrivé la langue pendue en soufflant comme un cheval. Arrivé en haut, une dizaine de copains sont déjà arrivés et ont lancé leur modèles. Dans les derniers mètres, Théo est venu me soulager de la Scoot’be et Eric m’a rejoint pour se marrer en voyant son pote exténué qui ne parvient pas à se remettre. Quel enfoiré !
Après un moment, je retourne à mon aile sous les moqueries des collègues qui ne manquent pas de vanner ce baptême au trou.
Le vent est tombé et il devient alors impossible de voler avec mon blindé. Comme je suis vanné par les copains autant que de fatigue, je laisse Théo terminer quelques vols avec sa Swift avant de plier le matériel et de quitter ce lieu de supplice.

Sur le chemin du retour, je rage à l’idée de cette séance de vol avortée mais bercé par la voiture et épuisé par mon escapade je philosophe en parlant de ses premières sensations avec Théo. Il est ravi et j’en suis enchanté. Voilà un weekend qui se clôture finalement riche de souvenirs à raconter.

Plus qu’à guetter une météo plus favorable avec un vent de Nord/Ouest bien établi pour remettre ça.

A plush tous,

Mika.
Pente (8)

Publicités
Image | Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le baptême de la Scoot’bee…

  1. Olivier BRUNI dit :

    Encore une bien belle histoire ! Bravo Mika…

  2. Olivier BRUNI dit :

    Comme toujours, c’est très bien raconté. Nous vivons tes péripéties à tes côtés. C’est parfait !

  3. Nicolas dit :

    Ça donne envie tout ça !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s