Le Miniexcel : un acteur sans doublure

vlcsnap-2015-07-30-09h55m58s33

Séance de vol du 26/07/2015

A Olivier et Daniel…

Salut les acteurs sans moteur,

Aujourd’hui, changement de paysage pour cette séance de vol.

Lors de mes débuts en aéromodélisme et de ses pérégrinations sur le net, j’avais découvert le blog Passions – Aéro de Olivier, consacré aux planeurs radiocommandés qui me font vibrer.

J’y avais alors trouvé une mine d’informations et d’actualités illustrées de superbes photos qui rendaient encore plus vivante notre passion.

C’est d’ailleurs suite à la lecture d’un article sur « l’Elipsoïd Évolution de Roger » que j’avais passé le pas de ce qui était pour moi LA grande envergure.

Vous retrouverez d’ailleurs des rapports de vol avec l’Elipsoïd dans les archives de mes débuts « fracassants ».

C’est en posant quelques questions à l’auteur de cet article que j’ai peu à peu sympathisé avec Olivier. Nous nous sommes retrouvés autour d’une même passion pour le planeur et le goût de l’écriture.

A force d’échanges mails et téléphoniques, nous avons développé et entretenu une relation d’amitié sincère sans jamais nous être rencontrés «en vrai». Plusieurs fois, nous nous sommes presque croisés mais jamais notre emploi du temps ne nous aura permis de concrétiser un rendez vous.

Alors quand madame Mika m’a proposé de passer les vacances au pays basque, à deux pas des Landes qu’affectionne tant Olivier, je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais. L’occasion de percer le mystère de cet homme dont je ne connaissais pas vraiment le visage puisqu’il apparaissait toujours sur les photos avec des lunettes noires de VIP.

Olivier_lunettes_noires

Bien sur, je me disais : «tiens, sûrement un acteur incontournable du planeur rc…» pour expliquer cet anonymat consciencieusement entretenu. Encore plus quand il parlait de lui dans son blog sous le pseudo «Passions – Aéro». Là, je m’inclinais devant la fusion d’un auteur qui fait corps avec son blog. Comme un bon acteur imprégné de son rôle.

Nous sommes donc arrivés en famille à Saint jean de Luz le samedi et dès le dimanche, rendez-vous était pris pour une rencontre dans les Barthes de l’Adour. Moi, armé du Miniexcel et Olivier de son matériel de prise de vue professionnel. Le réalisateur et ses acteurs.

Olivier m’a alors indiqué qu’un dernier lascar serait de la partie. Un certain «Daniel». Voilà encore un élément inconnu qui rendait le mystère de cette rencontre encore plus…..mystérieux.

Homme_mystère

Tôt le matin, me voici parti sur la route de l’inconnu, avec pour seul moyen de défense le Miniexcel et une glacière pour le pique-nique dès fois qu’il faudrait amadouer le metteur en scène avec quelques tranches de jambon.

Sans GPS, à l’ancienne, j’ai dû trouver le patelin sauvage, perdu au milieu des champs, des vaches, des dos d’ânes et des cigognes blanches. Heureusement qu’un minimum de deux barres de réseaux m’ont permis de joindre Olivier pour un radioguidage jusqu’à son «home» :

«Allo, Olivier ? C’est Mika, là je suis dans le village. Je suis passé devant une Pharmacie, un boucher,une station essence abandonnée»…..c’est à cet instant que j’ai commencé à prendre conscience du danger potentiel de l’endroit. Si même les locaux désertent le coin, c’est que ça sent pas bon pour un héraultais comme moi.

Ville_fantôme

En regardant dans le rétroviseur je surveillais que personne ne me suivait trop longtemps dans une grosse berline noire aux vitres teintées. Je me préparais aux possibilités de scénari comme un joueur d’échec en finale de compétition.

« bon, t’es allé trop loin, fait demi tour »

…..une menace ??? l’inconnu se dévoilait avant même de m’avoir rencontré. Il n’attendait même pas de m’avoir en face de lui. Sans doute avait-il des hommes de main. Son plan devait donc être au point depuis un moment déjà et je m’étais stupidement jeté dans la gueule du loup. Il fallait maintenant réagir. Je devais au moins sortir d’affaire le Miniexcel qui reposait innocemment sur la plage arrière ! Mais impossible de sortir de la voiture sans risque d’une attaque latérale…trop dangereux…

J’ai finalement décidé de suivre ses instructions le temps de trouver une porte de sortie assurée.

«au rond point, tu tournes à gauche ». ha, ha, ha ! Première erreur de sa part….comme si j’allais prendre un rond point en tournant à droite ! Décidément, il me prend vraiment pour un débutant et c’est là mon atout.

Panneau_rondpoint Carte_atout

« Tu prends la première à droite, puis la deuxième à gauche et tu avances jusqu’à trouver une impasse »…une impasse ??? impasse = embuscade = ça craint pour mes tibias !

Panneau_impasse Panneau_dead-end

D’autant que je viens de dépasser un colosse en jogging qui marche d’un air faussement non chaland. Ce qui aurait dû m’interpeller, c’est qu’il sortait d’une Saab. Tout le monde sait qu’un gars qui roule en Saab est à part, entre nostalgie et schizophrénie… Le balaise esquisse même un sourire sadique derrière son bouc velu quand je fais une marche arrière pour revenir à la hauteur de l’impasse.

IMG_1764

Au fond, celui que je pense être Olivier me fait de grands signes du bras comme pour me rassurer.

P1050742

Fort du V8 grondant de ma Peugeot rouge Lucifer, je m’engage malgré tout dans le piège pour en découdre, prêt à envoyer un coup de portière sur l’assaillant potentiel qui déplace autant d’air que mon bolide.

Arrivé à hauteur d’Olivier, il ne semble pas avoir de maquillage et encore moins de perruque. Même pas de lunettes noires ! Je me serais donc inventé ce scénario du caïd sans pitié ?

Caïd

Je surveille quand même mes arrières dans le rétroviseur pendant qu’Olivier m’indique une place de parking.

Alors que je sors de la supercar pour rejoindre mon hôte, je cherche son regard sans artifices et découvre des yeux bleus comme l’océan de Koh-Lanta…ou de sa voiture toute neuve garée le long du garage.

P1050733Kho_LantaP1050728

Je suis maintenant rassuré sur les intentions amicales d’Olivier visiblement ravi de ma visite.

Il me présente aussi Daniel, modéliste du pays basque, qui arrive avec le même sourire bienveillant.

IMG_1761

Le stress retombe et cède la place à une franche camaraderie qui concrétise des années de relation à distance.

Olivier me montre son Shadow, son DG300, son Alpina, son Pike et d’autres machines pointues.

P1050726

Nous entrons prendre un café avant de partir pour les barthes de l’Adour, terrain de vol qu’affectionne mon ami et ses cigognes blanches. Olivier nous présente ses chats et Sandrine qui partage sa vie.

P1050735P1050744

Bien entendu, je n’ai pas pu m’empêcher de sortir une de mes fameuse blague foireuse qui tombe toujours à plat et casse l’ambiance : «Sandrine, c’est le nom du chat ?»…moi, ça m’a fait marrer jusqu’à ce que je réalise le silence qui s’en suivi. Comme j’ai pas envie de me faire foutre dehors avant le café, je m’écrase avec un sourire idiot qui ne me rend malheureusement pas méconnaissable.

Sourire_idiot

Café avalé, Olivier indique que le vent va se lever et qu’il faut se dépêcher. La voiture est vite chargée des planeurs, radio, caméra, appareil photo, trépieds et autres objectifs d’un demi mètre.

Daniel nous suivra en Saab pour la teinte originale du défilé.

Sur le trajet, mon ami fait l’article de ce pays qu’il aime tant. Les barthes de l’Adour, sa flore, sa faune et tout particulièrement les cigognes blanches qui lui balisent les ascendances en vol.

Pour le vol du Miniexcel, Olivier choisi un terrain de son copain Eric, agriculteur.

Arrivé la voiture de Daniel, j’ai commencé à monter le modèle. Olivier décharge et prépare le matériel vidéo. Dany prendra le pique-nique et les trépieds.

vlcsnap-2015-07-30-09h24m23s46

Après quelques commentaires sur les spécificités du Miniexcel, nous voilà partis sur un sentier à l’herbe grasse et encore humide de la rosée matinale. L’air porte la présence des vaches à nos narines, nous rappelant que c’est bien à la campagne que nous sommes.

vlcsnap-2015-07-30-09h27m13s213

Olivier filme mon arrivée avec le Miniexcel sous le bras et la mallette à la main. La mise en scène est parfaite et je m’autorise même quelques improvisations pour rendre la séquence plus naturelle. Et comme je ne suis pas vraiment un acteur confirmé, on voit tout de suite que je surjoue.

Pas grave, on est d’abord là pour rigoler, non ?

Peu à peu le chemin dévoile notre destination. L’endroit est vaste et bordé de grands arbres. Pas de problème pour mon petit planeur qui aura largement la place d’atterrir en toute sécurité.

vlcsnap-2015-07-30-09h30m37s215

Je branche la batterie après avoir allumé la radio. Tout est prêt. Olivier et Daniel se tiennent à 30 mètres de moi, camera au poing.

« C’est tout bon, quand tu veux ! »

vlcsnap-2015-07-30-09h35m47s252

Je lance l’inter des gaz, le planeur à bout de bras et c’est parti pour une montée à 70° qui dure quelques petites secondes. Premières évolutions dans un ciel magnifique. Le planeur est sensible sur l’axe de lacet. Sans doute à cause du manque de différentiel et d’un centrage limite arrière cumulés.

Je commence très vite avec un peu de voltige et quelques passages bas. Mais le planeur va trop vite pour Olivier et il ne parvient pas à suivre la cadence.

vlcsnap-2015-07-30-09h49m59s16vlcsnap-2015-07-30-09h43m08s62

Il me demande de réduire ma vitesse et de plutôt faire du vol thermique avec les cigognes.

Mais si le Miniexcel est monté léger pour pouvoir taquiner la bulle, il n’en reste pas moins typé hotliner et demande de la vitesse pour voler sainement, sans décrochage.

J’ai quand même tenté d’allier voltige et vol lent mais c’est un paradoxe qui peut coûter cher.

vlcsnap-2015-07-30-09h51m23s87vlcsnap-2015-07-30-09h51m33s232vlcsnap-2015-07-30-09h52m06s58vlcsnap-2015-07-30-09h52m35s31

En repoussant les limites de tolérance, j’espérais mettre en scène le planeur à la hauteur des espérances du réalisateur qui me livrerait des images inédites de cette séance de vol.

vlcsnap-2015-07-30-09h43m08s62Excel_plonge

Encouragé par Olivier qui est satisfait de ce nouveau rythme lent, j’ai piqué mon planeur sur le dos pour un tonneau à basse altitude. La figure faite, le Miniexcel manquait d’inertie pour que sa vitesse soit conservée. Ralenti en sortie de figure, il a décroché devant la barrière d’arbre et chuté de 3 mètres sur le nez. Mon juron n’a pas couvert le bruit du pauvre oiseau à l’impact.

Le réalisateur était déçu que l’on ne puisse faire suivre la séance par une série de photos plus expressive. Docteur House auscultais déjà le blessé pendant que je me morfondais à l’idée de ma cascade inconséquente. Pour digérer sereinement la pilule, j’essayais de me convaincre que la prise de risque est aussi mère de progrès. C’est d’ailleurs ce que confirmait le Doc Daniel, pilote émérite de son état.

IMG_1767IMG_1766

La production n’était pas vraiment de cet avis en défendant l’idée qu’un vol thermique sécurisant avec les cigognes aurait évité de perdre une après-midi de tournage.

Maintenant, l’acteur principal gisait sur le sol et l’équipe ne pourrait pas attendre sa remise sur pied.

Doc énumérait les soins à prodiguer et le flot d’informations techniques qu’il détaillait me confrontait à ma propre incompétence en bricolage. Plus il faisait preuve de pédagogie et plus je condamnais le malheureux au rebut de l’atelier.

IMG_1762

Le Pierre Richard en puissance qui essayait d’entrevoir une porte de sortie honorable lança l’idée d’un pique-nique. Et ça tombait bien puisqu’on avait justement emmené le nécessaire campagnard.

Mais même l’appel du ventre ne déconcentrait pas Schwarzy penché sur le sauvetage du condamné.

Faut dire qu’on avait pas la même répartition des volumes ni hiérarchie des priorités.

Il concentrait le relief aux biceps quand moi j’organisais la 3D plutôt au niveau du bide. Que voulez-vous, chacun sa beauté intérieure, non ?

Nous sommes finalement passés à la phase tranche de jambon pour dépasser ce deuil solidaire.

Olivier nous montrait les cigogneaux qui spiralaient en nuage dans les thermiques et Dany nous interpellait au passage furtif des chevreuils. On aurait dû faire un reportage animalier à la Jean-Jacques Anneau plutôt qu’une séquence à la Rémi Julienne, ça aurait moins déçu l’assemblée et moi le premier.

On grignotait debout et on se balançait la bouteille d’eau pour boire entre deux récits de séances de vol catastrophiques dont nous avions été témoins sur les terrains. On aurait dit les trois mousquetaires du modélisme. Complices et heureux de ce moment de détente, nous sommes passés par une séance de shooting sous l’objectif avisé d’Olivier.

Daniel, qui avait d’autres engagements, marquait la fin du troisième acte.

Retour aux voitures, au revoir chaleureux et séparation des amis.

Au revoir

Olivier me montre les barthes de l’Adour plus en détail sur le chemin du retour en me précisant la hauteur de montée des eaux en période d’inondations annuelles…deux mètres cinquante au dessus de nos têtes !

Je me suis d’abord dit que c’était un homme poisson. Et en regardant ses yeux bleus, je l’ai même presque pris pour la petite sirène. Mais ses poils aux guibolles m’ont très vite ramenés sur terre.

Ptite sirèneJambes_poilues

On s’est arrêté boire un verre chez Eric, le propriétaire des champs où vole Olivier. C’est un de ses bon copain qui partage la passion des cigognes blanches Landaises.

Le périple s’est terminé par un pot chez Olivier avant de rentrer au camping retrouver madame Mika qui ne s’attendait pas à me voir arriver avec un planeur de vacance à l’agonie dans son carton.

Alors j’ai plutôt rapporté les cigogneaux qui volent, les chevreuils qui gambadent, les vaches parfumées et les bottes de paille que le détail de cet accident de travail d’un acteur sans doublure.

Depuis, nous échangeons par mail avec Daniel et Olivier pour des discussions en trio…

Photo_mousquetaires

Voilà pour cette séance de vol nature et des premiers pas «marquants» dans le monde du cinéma, entre Tarzan et l’homme qui tombe à pic.

0116_tarzanl-homme-qui-tombe-a-pic_47284_41734

A bientôt pour une prochaine histoire de planeur rc.

Hasta la vista baby,

Mika.

Publicités
Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le Miniexcel : un acteur sans doublure

  1. Olivier BRUNI dit :

    Mika, tu débordes d’imagination ! Heureux de t’avoir rencontré, je garderais un très bon souvenir de ta visite ! Au plaisir de te revoir… A très vite ! OB

  2. bipbipcoyote59 dit :

    Salut Mika, encore un superbe récit…. Dommage pour le mini excel…….un jour tu y arriveras…..LOL. Yanick

    • Salut Yanick,

      Pour les besoins du tournage, j’ai dû freiner le planeur en volant à la limite du décrochage. On le voit bien sur la vidéo d’ailleurs.
      Ajouté à cela les risques pris en voltige pour faire de belles images, le jeux était trop dangereux pour finir sans drame…

      C’est peut-être ça, le prix de la célébrité…

      Mais le planeur est déjà réparé et revolera à mon retour de congés.
      Trop longtemps sans crash fait oublier les limites à ne pas repousser, comme un rappel à l’ordre et à la mesure…

      « Merci Père Fouras, c’était la pensée du jour »…

  3. Jeremie dit :

    Joli récit, comme d’hab.
    Même entaché par un crash 🙂
    Rata77

    • Salut Ratounet,

      Bah, ça arrive.
      J’ai joué…j’ai perdu
      Plongé sur le dos pour faire un tonneau sur la ressource, c’est comme mourir sur les planches !
      J’avais pourtant déjà réussi plusieurs fois la manœuvre sur terrain dégagé mais j’ai tenté le diable sur un terrain que je ne connaissais pas et dans des circonstances plus contraignantes.
      La prochaine fois, j’en resterai au vol thermique sans danger pour une plus longue séance de vol…

      ++,
      Mika.

  4. Ping : L’Orion pour inaugurer 2016 | mikaeromodelisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s