L’Orion pour inaugurer 2016

3

Séance de vol du 03/01/2016

…à Robin et Norbert…

Salut les modélistes de tout poils…et de toutes plumes,

La nouvelle année est arrivée. 2016 s’ouvre à une saison de vol que je vous espère prometteuse, pleine de projets et de vols qui transcendent la plénitude ressentie aux manches de nos oiseaux de bon augure.

C’est bien dans cet esprit que j’ai voulu ouvrir le bal avec l’Orion dès la première fenêtre de vol apparue. C’était dimanche dernier et la grand messe annoncée aux lueurs matinales titillait déjà mon impatience alors que je dégustais une tasse de café pour aiguiser mes sens.
Ce jour là, tout me paraissait parfait. Au point d’ignorer la nébulosité au profit de quelques rares rayons divins qui perçaient courageusement le ciel voilé pour m’inviter à les rejoindre comme une bande de copains modélistes enverraient un texto d’incitation à une débauche trop tentante.

Et bien justement, je ne croyais pas si bien penser quand le sifflement d’un nouveau message résonna dans le salon. C’était Robin qui me proposait un premier vol de nouvelle année, symbolique pour tous les modélistes, s’il en est.
Bien entendu, j’ai trouvé là le signe paranormal justifiant l’annonce d’une égoïste après-midi entre copains à ma douce et tendre moitié :

-« C’est pas moi, ça vient des forces surnaturelles qui régissent la destinée cosmique de notre planète dans l’immensité infinie de la voie lactée » !

Autant vous dire qu’elle n’a pas gobé un seul instant mon explication ésotérique et sa moue en disait plus long encore que son regard désabusé.
J’ai laissé passer un moment de quiétude. Pas trop quand même, faut pas abuser (je sais, j’suis « gonflé » comme mec…mais c’est la faute de ses bons p’tits plats aussi, alors…).

Il fallait maintenant préparer le matos de vol pour être sur les starting-blocks en début d’après-midi.
Tout d’abord, choisir lequel de l’Alpina ou de l’Orion allait symboliser au mieux l’ouverture à cette nouvelle année. L’importance et l’exception de l’événement a naturellement fait apparaître mon vénéré Alpina comme le plus légitime des deux. Mais une check list éclair révéla que la grosse lipo n’aurait pas forcément le temps d’être chargée. De surcroît, le dernier atterrissage chaotique de l’Orion m’avait laissé perplexe sur les réglages et je tenais à conjurer le sort au plus tôt. https://mikaeromodelisme.wordpress.com/2015/12/23/lorion-a-la-fibre-dun-champion/
J’avais deux batteries pleines à disposition pour lui et cela terminait d’entériner le choix à faire.

Le dilemme était classé et je chargeais la voiture avant de passer à table. 13h30, c’est le départ. Sur la route je visualise les commandes à articuler pour éviter de reproduire les erreurs de mon dernier posé. Je dois rentrer les volets doucement et plus en altitude que la dernière fois mais suffisamment bas pour que la finesse de ce performeur ne l’emmène pas dans une allonge qui efface la piste pour reprendre mon approche. Tout sera affaire de compromis et seule la réalité du vol me fixera sur l’efficacité de la technique à adopter.

Arrivé sur place, le parking est vide et la manche à air presque horizontale. encore une fois, ça ne correspond pas aux prévisions ni à la météo de la maison. Espérons que l’air s’essouffle au moins le temps d’un vol.
Sur cette réflexion moins philosophique que pratique, arrive Norbert. Norbert fait partie de mes chouchous au club. Toujours bien intentionné et d’une gentillesse sincère à mon égard. Un vrai bon copain comme j’aime et je lui rends volontiers cette bienveillance.
La bise de bonne année, quelques nouvelles et nous voilà partis à monter les modèles. Lui un Edge thermique et moi l’Orion. Grâce aux connecteurs d’aile rapides, le montage est éclair. Tout est prêt en moins de cinq minutes.
Arrive enfin Robin qui espère la présence d’un remorqueur pour son ASW28. Il a aussi prit son drone pour filmer l’Orion en vol mais des soucis électroniques le garderont au sol.
Qu’à cela ne tienne, j’ai fait suivre le gros appareil photo de l’élue de mon cœur et il fera très bien l’affaire devant l’œil avisé de Robin.

Il est temps, alors que le vent est tombé et qu’arrivent Jérôme, Patrice, Bruno et Raphaël avec son hélico 3D.

Le temps des vœux, Norbert termine son vol tranquille pour ne pas risquer une mauvaise symbolique. Et oui, on est superstitieux en début d’année, à l’arrivée de la galette !

Captures vol orion
Robin prend la camera et Norbert le planeur. Je vérifie mes gouvernes pendant que nous avançons sur la zone de tir. Je bascule l’interrupteur des gaz et l’Orion part sous 30° d’inclinaison. je sens bien que le vent n’est pas là pour porter la montée et je suis vite déçu par ce manque de rendement.
Quoi qu’il en soit, les premiers regrets s’échappent quand je pousse la profondeur pour poser l’Orion en ligne de vol stable.

5

A partir de là, le planeur révèle toute sa finesse et l’onctuosité de ses évolutions ne laisse aucun doute sur la noblesse de son caractère. C’est d’ailleurs l’avis partagé de mes compères qui ont rejoint le bord de la piste. Robin, à ma droite essaye tant bien que mal de cadrer des plans vidéos mais l’oiseau file dans un sifflement qui me réjouit à chaque parade. Je multiplie les passages bas mais j’ai toujours à l’esprit l’épisode du Miniexcel, trop ralenti pour être filmé et qui a terminé planté dans les Barthes de l’Adour, cet été. https://mikaeromodelisme.wordpress.com/2015/08/02/le-miniexcel-un-acteur-sans-doublure/
Et au prix de l’Orion, le choix est vite fait entre séquence vidéo d’immortalisation et sécurité d’un vol sans décrochage. Mais Robin s’en sort vraiment bien et l’exercice lui plaît.

6
Je me libère en voltigeant plus bas pour la beauté du spectacle de cet Orion majestueux qui réagit automatiquement à mes ordres. Paradoxalement, ça en devient sécurisant et je me laisse aller à quelques enchaînements, bien que limités par la faible inertie du poids plume.

3
Après plusieurs prises de badin d’élan et autant de remontées, il est temps de poser pour tester la batterie par sécurité. C’est maintenant que la tension (la mienne, pour le coup) monte d’un cran au souvenir du dernier atterrissage critique. https://mikaeromodelisme.wordpress.com/2015/12/23/lorion-a-la-fibre-dun-champion/

L’approche se fait relativement haut et je préfère spiraler pour descendre sous cinq mètres. Je m’applique à concrétiser la théorie élaborée dans la voiture en venant, faisant abstraction des commentaires des copains, mêmes positifs.

9
Je sors doucement les butterfly tout en maintenant mon assiette. Le planeur freine et je dois piquer pour ne pas décrocher. Mais la descente reste régulière et sécurisante.

12

Arrivé à hauteur des yeux, je rentre doucement les crocos, le planeur reprend de la vitesse et parade devant moi en affichant l’allonge redoutée. Pour ne pas prendre de risques en ressortant les freins si proche du sol, je décide de renouveler toute la manœuvre d’approche en relançant les gaz pour une montée à dix mètres. Je reprends mon circuit pour arriver face à la piste et je réitère l’enchaînement des commandes qui me porte sans danger sous le mètre fatidique.

11
Cette fois ci je joue sur l’incidence de l’arrondi final pour ralentir l’Orion sans qu’il ne décroche et termine de plaquer les volets en lisse à 30 centimètres du tapis d’herbe. Le planeur embrasse le sol et glisse lentement sur une paire de mètres sans même que les saumons ne touchent le sol. Ouf, je peux être soulagé. Bien que relativement content de moi, je reste discret, manière de la jouer naturellement modeste. Il s’en est quand même fallu de peu pour que je roule les mécaniques en levant des bras victorieux…

14

 

15

Robin m’informe que « tout est dans la boîte » pour le blog. Il me rejoint au pied de l’Orion et nous partons vérifier l’ampérage restant en réserve. 46%, c’est conforme à mon estimation. J’anticipe en changeant la lipo pour un prochain vol avant de finalement démonter l’engin et de rester un moment pour discuter avec les copains…

Voilà pour cette séance de vol d’ouverture de la nouvelle année.

A très vite pour un nouveau rapport de vol !

Je vous souhaite 2016 en apesanteur,

Que le thermique vous scotche au bleu et que vos gouvernes avisées domptent la dynamique…

Mika.

Publicités
Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s