Le Funglider, du fun mais pas que…

img_3137

Séance de vol du 13/11/2016

Salut les potos,

Oulà, il serait peut être temps que je la ramène parce que depuis le flytest éclair du méga planeur qui était sensé m’emporter vers la famille GPR, je n’ai pas beaucoup communiqué sur le blog.

Alors, souple comme vous m’imaginez, je suis parti dans un grand écart en passant de 6 m tout fibre à 1 m 30 tout mousse avec le petit, injustement méconnu, de Multiplex : le Funglider.

fun4

Ce qui m’a poussé à opter pour un cahier des charge précis, c’est l’évolution des terrains, de la météo et des fenêtres de vol en cette fin de saison 2016.

En effet, avec l’arrivée des pluies d’automne, des inondations et des jours qui raccourcissent, il me fallait un modèle passe partout et prêt à tous les vols très rapidement. J’ai donc couché mes principaux critères sur papier :

  • Un planeur de petite taille qui puisse rester monté dans la voiture au quotidien, sans avoir à coucher la banquette. Pourquoi rester monté ? Et bien pour justement profiter un maximum des dernières lumières aux jours d’hiver diminuant, sans perdre le temps du montage/démontage. Une sorte d’optimisation de la fenêtre de vol en fait,
  • Un planeur totalement démontable (ailes et empennage) en cas d’escapades pour les vacances, histoire de le caser discrètement dans la trousse de toilette…mouais, passons…
  • Un planeur en mousse qui supporte les terrains humides, voire très/trop humides mais qui puisse aussi supporter les posés « accrocheurs » sur les pentes de garrigues,
  •  Un planeur qui trouvera son aise en pente comme en plaine, en thermique comme en voltige et qui ne rechignera pas à batailler dans le gros vent.

fun9

Voilà un programme de recherche qui s’annonçait ardu et j’ai finalement du revenir à un moto-planeur qui avait attiré ma curiosité quelques mois plus tôt, quand mon Panda sport en deux axes aurait mérité des ailerons pour parfaire sa polyvalence.

Le seul produit sur le marché qui répondait à l’ensemble de mes critères était le Funglider. Trop peu connu à mon sens, compte tenu de ses réelles qualités de vol et de sa polyvalence remarquable. Son gros défaut, il n’est proposé qu’en version tout équipé à un prix rédhibitoire pour une mousse de cette taille.

Mais à bien y réfléchir quand on a le modèle en main, les 150 euros demandés ne sont pas vraiment volés.

Le petit dispose d’un stabilisateur pendulaire démontable hérité de son petit frère disparu, le Panda Sport. Pareillement, pour le cône turbo, le nez et la trappe d’accès à l’électronique en plastique dur. De même pour le système de clipsage des ailes l’une dans l’autre ou le dessin des saumons, inspiré du Solius.

p1120020

Passé cette rapide présentation du résultat de mes recherches, venons-en au premier vol test de cet inconnu.

J’étais passé un après-midi voir mon ami Éric, à Sète, pour discuter le bout de gras et lui montrer ma dernière trouvaille. On en a profité pour monter, régler et programmer le planeur en vue de son flytest.

Quelques jours plus tard, alors que la pluie épargnait un ciel accidenté, je n’ai pas retenu ma motivation malgré le soufflant de 15 à 20 km/h en rafales pour éprouver le presque moustique en condition réelles poussées. Pour un premier vol, ce n’était pas prudent mais sur de mes réglages et voyant le terrain de l’OMAT disponible, je me suis engagé sans autre forme de procès.

Sur le parking personne. C’est la première fois de l’année que je viens voler sur le terrain de mon ancien club. Habituellement, je passe plutôt serrer la paluches des copains. Là, c’est le désert et l’herbe haute révèle les grosses pluies que nous avons dernièrement subi.

Je sors le planeur déjà monté sur la banquette arrière, fais de même pour ma radio, branche la lipo déjà installée au centre de gravité et avance au milieu du terrain, malmené par le vent de Nord qui grossit.

Je stabilise le planeur face à Éole comme pour le défier, tel Samson toisé par Goliath.

Premier lancé sec, sans moteur, pour tester le réalisme du centrage adopté « instinctivement ». Le vent fait aussitôt monter le Funglider à trois bon mètres d’altitude, le temps que je rattrape  le manche de droite profondeur/ailerons pour piquer face au soufflant et éviter le décrochage. Le dièdre de l’aile stabilise remarquablement le roulis. Le stabilisateur pendulaire réagit instantanément aux ordres pour doucement amener une pente de descente maîtrisée qui va faire littéralement glisser ma trouvaille jusqu’à une bonne cinquantaine de mètres malgré les rafales qui bousculent le poids plume sur sa trajectoire finale.

fun10

Incroyable, un baptême du feu dans les pires conditions et le mini dompte l’adversité sans sourciller. Je suis content du résultat de mes recherches autant que de cet atterrissage sécurisant bien que contraint par les éléments déchaînés, à l’échelle de ce courageux poids plume.

img_3134

Après un deuxième lancé de validation, je me décide à entamer un premier « vrai » vol.

Je lance au plané, le Fun’ allonge une dizaine de mètres et je lance plein gaz le manche pour une montée que je réalise presque horizontale, forte d’un set de motorisation surdimensionné  qui satellise le moineau. Je le vois surfer la vague de mistral sans faiblir avant de le poser à son altitude de vol pour des essais de contrôle. J’ai choisi des débattements typé voltige pour tester les capacités joueuses du Fun’ dès le début. Avec ses petits 400 grammes, il a fière allure dans l’affrontement et ne se laisse pas dicter sa trajectoire par Éole, si fort soit-il. Et comme pour le narguer, il ne rechigne pas à plonger pour entamer ses premiers tonneaux, renversements, vols dos, et boucles inverses. Bien sur, le vent en rafales ne rend pas les figures d’une pureté biblique mais je peux largement imaginer le potentiel du planeur en situation calme. Cela m’aura peut-être même permis d’extrapoler un scénario en vol de pente.

fun5

Il est maintenant temps de tester la batterie et j’entame une approche large et sécurisée  pour poser proche, déjà convaincu que le vent terminera de ralentir le poids plume.

Pendant l’arc de cercle décrit par l’arrivée en piste, le petit se fait emporter plus loin et je crains de ne pouvoir le ramener sans moteur. Alors, je tente le tout pour le tout et je pique pour prendre du mordant face au vent.

fun12

A ma grande surprise je réalise que, sans même faiblir, le Funglider remonte les rafales, presque rageur, vu la différence de gabarit de l’adversaire. Mieux encore, il parade en passant devant moi à 1 mètre su sol comme pour revendiquer son émancipation.

Je n’ai alors d’autre choix que de relancer les Watts pour un nouveau circuit d’approche adapté à la fougue de ce surprenant tout mousse qui aura même sifflé comme un grand lors de ses passages bas.

Cette fois, je ne me fait pas surprendre et termine de diriger le sauvageon en dictant son posé plus proche de moi, non sans un sourire revanchard.

Comme à ses habitudes ma douce et tendre bien aimée s’est postée à l’affût pour piéger quelques scènes de vols qui illustreront cet article.

Retour à la voiture et vérification de la batterie 1000 mha 3s qui garde 30 pour cent de charge, passé dix bonnes minutes de vol au vent. Encore une excellente surprise et je suis ravi des performances du Funglider.

Plus récemment, j’ai eu l’occasion de consacrer une séance de plané au vol thermique alors que les changements de vent étaient propices au déclenchement de convections. C’était avec mon ami Sébastien qui s’est découvert un talent phénoménal pour dégoter les ascendances avec le Phoenix 2000 que je viens de lui vendre. Et comme je suis bien moins doué que lui dans l’exercice, j’ai pu tenir une demie heure sans poser en choppant les pompes qu’il balisait en spiralant. C’est vrai que pour le coup, j’ai été un bon gros parasite mais qu’est-ce qu’on s’est régalés !

Depuis ce flytest, je charge mes trois lipos au retour de vol pour être prêt à partir à la prochaine fenêtre volable.

Et voila, je voulais vous faire partager cette découverte ultra-logeable qui révèle des atouts indéniables pour voler partout, tout le temps et de toutes les façons.

A bientôt pour un nouveau rapport de vol et peut-être la découverte d’un super minus à coté de ce presque minus…

Bons vols à tous !

Mika.

Publicités
Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Le Funglider, du fun mais pas que…

  1. Yanick dit :

    Toujours un plaisir de te lire…………….

  2. maurin dit :

    Bonjour, merci pour votre test… Le funglider correspond aussi a mon cahier des charges qui ressemble un peu au votre, sauf que ca serait surtout dans le sac a dos lors de sorties en marche nordique.
    J aime beaucoup le principe de mettre les lipos au cg, mais je ne trouve pas les modeles exacts de vos lipos pour acheter les memes ou prendre des lipos de meme dimensions… Pourriez vous me donner ces infos svp ?
    Merci d’avance

    • Salut Maurin,

      Des 13 batteries testées, celle que j’ai retenu est la Turnigy 1000 mha 3s 20c que tu trouveras chez Hobbyking à 5.36 € en dépôt européen. De quoi en acheter quelques unes d’avance.
      https://hobbyking.com/fr_fr/turnigy-1000mah-3s-20c-lipo-pack.html

      D’un rendement largement suffisant pour le petit Funglider, elle te permettra des montées sous 45° sans faiblir.
      Elles existent aussi avec prise XT60 mais cette prise JST garde ma préférence pour son faible encombrement dans un espace disponible compté.
      J’ai perdu le planeur de l’essai dans un gros vent inattendu alors que je venais de le monter en FPV.
      J’en ai racheté un, tant sa souplesse d’utilisation manquait à mon parc planeur.
      Un conseil, donne du jeu aux câbles de servos d’ailes à leur emplanture. Un point de colle chaude maintient le fil tendu à cet endroit et contraint le « clipsage » des ailes ensemble. A l’usage, elles se déclipsent dangereusement et forcent sur les prises de connexion. Il suffit de déplacer de quelques mm le point de colle chaude en le remplaçant par un nouveau.
      Hyper tolèrent mais néanmoins performant, le Funglider te permettra toutes les frasques. Que ce soit en plaine, en pente, en vol thermique, en voltige ou dans sa capacité à remonter le vent. Une perle rare qui n’a pas le succès mérité. Sans doute parce que seule une version RR est disponible, avec un prix trop peu attractif eu égard à la taille du moustique. Le modéliste préférera un Easy-Glider de 1.80 m équipé de fonds de tiroirs et/ou de matériel HK et c’est bien légitime.
      Ne te laisse pas surprendre non plus par son inattendue finesse, surtout à l’atterrissage car le petit allonge à n’en plus finir. J’ai fini par programmer les spoilers (ailerons vers le haut) pour casser sa portance dans cette phase finale de vol.

      Bref, toujours conquis par ce Funglider qui est devenu mon seul et unique planeur en mousse. Avec la saison de vol arrivant, je compte ajouter un rapport de vol dédié qui le présentera sur une pente digne de ce nom.

      N’hésites pas à me contacter directement si tu as besoin d’autres informations.
      Bons vols à toi et à ton Funglider.

      Amicalement,

      Mika.

  3. pachy dit :

    Merci beaucoup pour les infos… j’hésitais un peu avec l’easyglider mais le funglider me parait plus adapté pour la ballade avec le modele sur le sac a dos, plus petit, plus leger, plus facile a monter/demonter…
    Et en plus il est en dessous des 800g qui risque d’ajouter des contraintes avec la future réglementation !
    Et puis si j accroche vraiment, je me prendrais un plus gros genre heron ou un autre truc avec des volets 😉

    • Oups, j’ai oublié de préciser que pour moi qui aime voler en centrage limite arrière, j’ai ajouté 5 gr dans une incision en pied de dérive. Mais c’est aussi fonction du poids, du placement du récepteur et des goûts de pilotage……

      • Pachy dit :

        Ok et tu as bien inversé par rapport à la doc la position du rx et de la batterie ?
        Je ne peux pas encore le commander, je pense le faire pour le recevoir vers le 20 Avril 😉

  4. Effectivement, et la cavité disponible (derrière les servos d’empennage) correspond parfaitement à la taille des lipos indiquées dans mon précédent message. Le moment venu, je te donnerai tous les détails dont tu auras besoin pour préparer le Funglider au vol… 😉

  5. Emmanuel CORNALI dit :

    Salut Mika et merci pour ce test, celà fait envie ….je vais recevoir le mien cette fin semaine et j’ai hâte d’être aux commandes de ce zozio après feu mon graupner elektro junior S désintégrer après un piqué… trop ….piqué …Petite question est ce que je peux mettre des lipo 1300mAh nanotech 45-90c poids 119g (72x23x35mm je crois); les 30g ne vont pas handicaper la maniabilité ou le comportement global ?? merci à toi. manu

    • Salut Manu !
      Arf, j’ai bien peur que ta lipo soit trop épaisse pour se glisser dans l’espace prévu sans écraser les cap de commande d’empennage. Les turnigy citées plus haut collent tout juste et font 77x33x20 (20mm étant l’épaisseur). Si tu rajoutes à cela un léger gonflage de la batterie en vieillissant. Le poids est aussi un problème avec plus de 30 grammes d’écart et sur un petit planeur de 500 grammes en ordre de vol, tu le sentirais sur la polyvalence du vol thermique et la consommation, surtout en plaine.
      Les Turnigy sont à 5,39 euros, ça vaut le coup d’en commander une paire pour une bonne demi-heure de vol. Perso, j’en ai pris 10 pour voler toute l’après-midi quand je ne prends que lui sur le terrain. Y a dès fois comme ça où on a pas envie de charger des gros modèles et seulement de jeter le modèle déjà monté et sa mallette radio dans la voiture. Juste brancher la lipo et zouuu, on est en l’air. C’est bien ce que j’aime dans les petits planeurs et là, entre ses qualités de vol, sa polyvalence et sa résistance aux accrocs du paysage et de la végétation, on est servis ! 😉

      • Emmanuel CORNALI dit :

        Merci Mika pour ta rapide réponse et ton aide…Tu m’as convaincu, je vais partir sur les mêmes lipos que toit et passer commande, je ne vais pas me ruiner, c’est juste qu’avec tout mes modèles, j’ai bientôt 5 ou 6 sortes de batterie, je voulais utiliser celles que j’ai déjà mais je veux aussi un funglider léger et maniable, ce sera mieux de partir sur ces batteries que tu me conseilles…Colin Chapman le patron de Lotus disait « Light is right ».. »Ce qui est léger est bien »… Bon vol à toi

  6. Pachy dit :

    Salut, ça y est j ai reçu mon colis et je l ai assemblé 🙂
    J ai l’impression que les deux parties de la profondeur ne tiennent pas très bien entres-elles, il faut peut forcer pour les déboîter.
    Sinon j ai trouvé une autre lipo qui rentre sous l’aile, une hacker eco-x top fuel 900mA.
    J avais aussi pris le risque de prendre un ar8010T, il rentre juste en largeur. Mauvaise surprise, on dirait que je suis obligé de mettre le satellite pour que tout marche bien.
    J ai programmé ma spektrum avec tous les mixages et minuteurs que je voulais… peut-être un premier vol demain 😉

    • Salut, voilà, tu y es maintenant : le moment de vérité.
      Pour ton stab, s’il se déboîte trop facilement sans appuyer sur je ressort en plastic, essaye de légèrement l’épaissir à la cyano.
      Bon flytest et je compte sur toi pour donner ton retour sur l’expérience. 😉
      Amicalement,
      Mika.

  7. Emmanuel CORNALI dit :

    Salut à tous, je vous fais également un petit feedback de mes premiers vols…Je m’amuse beaucoup avec ce funglider, j’adore l’entendre siffler lorsqu’il passe près de moi…Super finesse et allonge beaucoup, j’ai été obligé de mettre un inter avec les ailerons relevés en aérofreins. J’ai suivi tes conseils Mika et ai mis la lipo (les mêmes que tu avais préconisées ) derrière, sur l’emplacement récepteur. J’ai juste sculpter avec une lame chauffée les emplacements de passage de gaine des gouvernes de profondeur à cet endroit, pour qu’elle soient affleurées et que la lipo ne les gêne pas ou les endommage. Je trouve que la fixation des 2 demis stab est limite, l’un des deux a tendance à se barrer, pas hyper sécurisant ce système et j’ai remis un morceau de scotch armé blanc qui presse sur cette fixation de blocage pour empêcher qu’il ne se désolidarise mais toujours pas top, j’ai un peu soucis. Pour la fixation d’aile, bien pensée, mais celà fait tellement bien fusible, que même en posant nickel, les ailes se détachent à peine également et ce même en ayant mis également un morceau de scotch sur chaque aile fixé contre le fuselage (2 précautions valent mieux qu’une). Pour ce qui est du vol, il est très fun, très dynamique et chope vite quelques pompes, (j’ai installé une sonde vario graupner). Il est léger et même sur une bosse avec peu de dynamique, en remettant les gazs assez souvent, on arrive à cumuler une heure de vol avec une seule lipo sans problème. Bref suis très content et pratique de le mettre tout monté dans le coffre de la bagnole.
    Bon vols à vous. Manu

  8. Pachy dit :

    Salut j ai fait le premier vol ce matin en plaine. Essentiellement de la mise au point, il a fallu que j augmente tous les débattements, j étais surtout gêné à la derive et aux ailerons. Il faudra que j y travaille un peu encore 😉
    J ai ajusté le mixage moteur/profondeur aussi, et un peu les réglages de timer et de télémétrie. Il paraît bien puissant, il monte presque a la verticale lol
    Je trouve qu il engage beaucoup sur les ailerons, il part en lacet et en piquet sur les´ déclenchements rapides.
    Il allonge bien pour les atteros, il faut que j améliore mon mode de vol atterrissage.
    J ai voler environ 7mn, avec pas mal de moteur pour les tests, il me reste 70% dans la lipo… j aurai pu rester plus lol
    Une vidéo de la première minute de vol

    • Pachy dit :

      Ah oui un truc un peu gênant, à chaque atterrissage, j ai pu constater que les ailes avaient du jeu, et qu il fallait que je les resserre. C’est juste dû aux atteros où il vaut mieux que je fasse en sorte qu’elles ne prennent pas de jeu ?

  9. Emmanuel CORNALI dit :

    Laisses comme celà, ça fait fusible ..!! merci pour la vidéo, c’est vrai qu’il a vite fait d’engager sur une aile si les virages sont serrés, faut être attentif.. pour moi pas de mixage moteur, profondeur, il n’a pas tendance à lever le nez lorsque je mets les gazs. J’ai laissé la bille de plomb à l’arrière dans son logement et je crois être à 570g je crois, le centre de gravité est au niveau du longeron d’aile donc 60mm ou un peu plus. Le test du piqué est bon, il relève gentiment, signe d’un bon CG. Mais toutefois, j’ai volé dimanche par temps orageux et j’ai trouvé qu’il volait comme une patate, tendance à s’asseoir, pas très dynamique, peut être manque de vent ou de thermique ou trou d’air..enfin je vais réessayer ce week.

  10. Ben dit :

    Salut à tous,
    Une question me taraude depuis pas mal de temps : je possède un panda sport de mpx qui partage le même fuseau et stab pendulaire que le fun glider. Pensez vous que les ailes à ailerons de ce dernier pourraient s’adapter sur le panda ? Peut-être que Mika qui a eu les deux entre les mains pourra me renseigner ?
    Bravo en tout cas pour ce blog au ton original, tes aventures illustrées sont très plaisantes à lire, du bonheur par procuration !

    Ben.

    • Salut Ben,
      Effectivement, les fuselages étant les même, tu peux inter-changer les ailes. Pour autant, tu devras aussi changer le stab avec puisque les surfaces ailes/stab sont liées…
      Bien heureux que la lecture de mes rapports de vol te plonge dans cette immersion voulue.
      Amicalement,
      Mika.

  11. Pachy dit :

    Salut j ai fait du vol de pente ce week-end, je me suis bien amusé mais ça a fini par un gros crash…
    le fuselage est cassé à l’arriere, les ailes ont été arrachée par le haut en déchirant le fuselage, la clé d’aile a cassé…. mais les ailes sont réutilisables 🙂
    Je galère pour trouver une clé d’aile, vous n’auriez pas une idée ?

    • Wow !
      Mince, désolé pour toi, Pachy. Vu la complexité de la pièce, je pence que tu es bon pour racheter la paire d’aile en pièce détachée…
      https://www.flashrc.com/multiplex/20533-set_ailes_funglider_multiplex.html
      C’est râlant, sachant que tes ailes sont épargnées, mais je ne vois pas d’autre solution.
      Mika.

      • Manu dit :

        Désolé pour toi Patchy,condoléances tout comme moi, le funglider est décédé aussi après 15minutes de vol de pente,petite bosse vent fort,monté à 90m puis retour sur la planète un peu fort avec une rafale rabattante au pied de la bosse, le fuselage explosé comme du verre, partagé au niveau du passage d’aile. Suis déçu,pas trop solide et mal conçu, un trou en bas sur le fuselage au niveau de l’emplacement du récepteur (j’avais mis la batterie) et au dessus des ailes il y a peu de matière,bilan il s’est partagé à l’impact. Même les ailes ont morflé, fait que je rachète ailes + fuselages,j’hesite a tout foutre loin et le racheter un héron. Un peu dégoûté le gars…

      • Purée les gars, c’était la séance crash test !
        Ce n’est qu’un mini planeur, il n’est pas naît pour résister à du gros crash….en fait, ses grands frères non plus.
        Vous l’avez peut-être envoyé dans des conditions trop limites pour lui.
        C’est toujours une déception de crasher mais doit-on vraiment attribuer les dégâts à la qualité du kit ?
        A vous de voir et je comprends votre déception, mais elle est à replacer dans le contexte particulier que je cite au dessus.
        Bon courage les copains et tenez-moi au courant de vos choix !

        Très amicalement à vous,

        Mika.

      • pachy dit :

        Salut pourquoi tu dis « vu la complexité de la piece » ?
        C n est pas le morceau en plastique qui fait les 7° que j ai cassé mais la piece « alu » qui dépasse de l aile… du coup je pensais en remplacer au moins une partie par du carbone…
        Mais je ne suis pas tres experimenté donc je veux bien des conseils

  12. Ben dit :

    Salut Mika, merci pour l’info, je craignais qu’ils aient modifié le fuselage au niveau des raccords de prises d’ailes qui finalement sur les photos semblent simplement insérées/collées pour afleurer la mousse du fuselage.
    Les ailes nues sont quand même à 33€ par contre je ne pensais pas devoir changer le stab aussi 😉 (+15€) + rallonges et servos…
    Hum, on approche les 50 € cela en vaut-il vraiment le coup ? Je vais y réfléchir…

    Bons vols à tous.

    Ben

  13. Emmanuel CORNALI dit :

    Salut à tous, salut Mika, je vous tiens au courant et vous annonce que mon funglider tel un phoenix renait de ses cendres ou de son EPP plûtot et 77euros chez Flash RC plus tard, est flambant neuf puisque j’ai changé le fuselage et les ailes. Il va pouvoir reprendre les airs très bientôt. Remontage facile, j’ai collé le fuselage et divers à la UHU POR et le reste à la colle Repair extrem et colle PU bi composant pour le bâti moteur. Je persiste à dire que la fixation d’aile est peu sécurisante et pas super bien conçue, les ailes s’insèrent peu dans le fuselage donc moins de tenue et rigidité dans son ensemble avec le fuselage. Les tubes d’ailes métal en alu avec des petits renforts plastique de 6 cm à insérer sont fragiles (j’avais tout bien plié un des tubes d’aile lors de mon crash.!!). Sur mon électro junior s graupner, il y a avait des tubes carbone, chez multiplex pourrait faire l’effort quand mêm au prix où ils vendent la bestiole. Le fuselage a une faiblesse au dessus de l’emplanture de l’aile puisqu’il y a une découpe carrée énorme pour le passage d’aile qui pourrait être largement réduite pour ne laisser passer que la fixation d’aile.
    Bref je suis tout de même content de l’avoir réparé ou remise à neuf mais je vais calmer le vol de pente maintenant. Et toi Pachy, tu as réparé aussi ?
    bon vol à vous

    • Salut Emmanuel,
      je partage ton avis sur la fixation des ailes ensemble. prends le temps de bien connaître ta machine en plaine avant de retenter la pente et, surtout, affine le centrage.
      Ma dernière session de vol s’est faite avec le petit Fun’, en plaine. Entre voltige, évolutions dynamiques proches du sol, recherche de finesse max en surfant sur le vent et posés sur cible (pas en piquant le nez au sol quand même). Un séance de défoulement où tout est permis, sans stress.
      Impatient de lire la suite de tes tests,
      Mika.

      • Emmanuel CORNALI dit :

        Mika, on sent vraiment que tu prends beaucoup de plaisir avec ce p’tit funglider, content pour toi. Tu as raison , je vais y aller piano piano et approfondir le vol en thermique, c’est ce que je préfère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s