Doc Jé’ à la clinique du planeur…

stetoscope

…au courage de Jérem’…

Salut les glideristes !

Aujourd’hui, pas un rapport de vol mais plutôt une parenthèse qui s’inscrit dans le quotidien de tout modéliste. Après la construction et le vol, arrive parfois le crash.

C’est une donnée intégrée par tout les modélistes. J’en ai d’ailleurs largement été victime depuis mes débuts et les premiers rapports de vol du blog en ont détaillé les circonstances malheureuses.

https://mikaeromodelisme.wordpress.com/2014/03/23/seance-de-vol-du-4022014/

Alors bien sûr, au début, il suffisait de jouer de la cyano sur de la mousse jusqu’à ne plus reconnaître la forme du planeur original.

Puis, fort d’un semblant d’assurance, je suis passé à des modèles « en dur », à la construction plus complexe des ailes en structure, voire poly-coffrées et depuis peu au top du tout fibre.

https://mikaeromodelisme.wordpress.com/2015/12/23/lorion-a-la-fibre-dun-champion/

Et à partir de là, j’ai compris ma douleur en réalisant l’abysse qui existait entre les techniques à maîtriser pour déboucher un tube de colle et celles qui pansent  les morceaux d’un « vrai » planeur.

J’ai aussi réalisé que de relatifs progrès en pilotage ne suffiraient pas à épargner mes plus beaux modèles. Alors quand j’ai vu le résultat de mes tentatives de réparations d’autodidacte…qui faisaient surtout marrer les copains quand j’arborais naïvement un fier sourire de satisfaction devant l’article du résultat obtenu sur un planeur devenu pitoyable, j’ai dû me résigner à une alternative d’urgence.

A savoir, faire appel à des vrais compétents qui limiteraient le recours au vide ordure.

Le bouche à oreille de la communauté modéliste aidant, j’ai fait la rencontre de Jérémy.

Jérémy, c’est un fils de modéliste qui baigne dans une passion héréditaire depuis sa plus tendre enfance. Formé à l’école empirique des talents du papa, il a tout de suite manipulé puis maîtrisé toute la technicité qui me faisait largement défaut. Perfectionné selon un parcours de compétiteur, il en est venu à exceller dans le jeu des matériaux modernes que sont fibres, carbone ou kevlar.

Le top du top pour moi qui avais subit une série noire sur mes plus beaux modèles que sont le Strike chuté sur coupure lipo, le Miniexcel sur défaillance d’un récepteur compatible Futaba au décollage, l’Orion sur mauvaise sélection des mi-gazs à 1 m du sol en vol dos par 20 km/h de vent en travers et même l’Alpina dont j’avais mal vérouillé le stab pendulaire avant de l’envoyer sur une pente d’Aveyron.

alpina_millau1alpina_millau2alpina_millau3…SNIF….

Une hécatombe et un deuil éprouvant pour mon amour propre autant que pour mes économies, après un rapide calcul des frais de remise en état.

Et c’est là que Super Jérem’ est intervenu pour me sortir de l’impasse.

La procédure était simple, rapide et encore plus efficace :

  • J’ai transmis par mail les clichés des dégâts pour recevoir en échange une estimation du diagnostique de l’expert,
  • orion_crash1orion_crash2
  • J’ai envoyé mon colis comme un brancard à la clinique « Jérem-aero » (cliquez pour accéder au lien),
  • Docteur Jérem’ s’est jeté dans une intervention à fuselage ouvert en prenant soins de m’informer par photo des suites opératoires, jusqu’en salle de réveil,
  • Passé par la finition en chirurgie esthétique, une ultime photo du colis de retour ,
  • Et me voilà déballant le convalescent luisant de reflets neufs, prêt à retrouver son récepteur préféré  pour une rééducation de convenance.
  • 14241682_326727101002339_4710629250655509846_o14257747_326728857668830_5473255710823039762_o14324232_326728961002153_5192200178875864515_o

Le séjour en Charentes aura été une cure de jouvence pour plusieurs de mes planeurs condamnés qui ont maintenant retrouvé leur terrain de jeux aériens.

Et comme si cela ne suffisait pas, Super Jérem’ sévit aussi dans le montage de modèles à la carte. Encore une aubaine pour mes mains à faire des gaufres puisqu’en ce moment même, le Pilatus B4 remorqué qui donnera lieu à un prochain rapport de vol est sur la table de construction pour une arrivée dans quelques jours.

15625978_1430929963597782_305690287245197818_o15675641_1430927936931318_6356264487454065745_o15676542_1430928113597967_32978273521362791_o

Mais le plus épatant dans la panoplie des cordes à l’arc de notre archer modéliste, c’est qu’il conçoit et fabrique aussi ses propres modèles d’exception !

Premier projet aboutit qui m’a carrément fait fondre : l’Hexa 1.5 qui se superposera avantageusement à mon vagabond  en EPP trop mou jusqu’à flutter au moindre piqué de badin. Un petit planeur de voltige en pente (VTPR) poly-coffré rigide auquel je n’ai pu résister tant il saura effacer les défauts d’un Vagabond en EPP trop « flexible ».

…je vous garde la surprise de cette découverte pour un futur rapport de vol…

J’aurais donc l’occasion de reparler de ce petit passe-partout de 450 grammes ballastable, aussi à l’aise dans les tourbillons de votre pente préférée que satellisé par un sandow en plaine…

Voilà un état des lieux de l’historique récente d’un parc de modèle en évolution pour cette fin d’année 2016. Je ne manquerai pas de vous informer des surprises et projets à venir en 2017…

Bien à tous et bonne hibernation en cette fin de saison de vol toujours trop longue.

Rendez vous l’année prochaine pour un premier vol de nouvelle année…

Mika.

jeremaero

Publicités
Cet article a été publié dans Scéances de vol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Doc Jé’ à la clinique du planeur…

  1. Ping : L’Hexa 1.5 pour dompter l’énergie… | mikaeromodelisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s